Germinal, c’est fini. Aujourd’hui c’est la RSE qui prime. Avec 3 enjeux pour la bonne marche d’une entreprise. Tout d‘abord, elle a un rôle et des objectifs économiques pour faire de l’entreprise un acteur «rentable ». Une rentabilité qui fut, par le passé et sans remonter jusqu’à Zola, au détriment des ouvriers et de l’environnement. Aujourd’hui c’est plutôt une question de marque employeur.

Une bonne nouvelle est apparue depuis la réglementation dite de Grenelle : un engagement plus transparent des entreprises au regard des conséquences de leurs activités sur l’environnement, sociales et économiques. Avec, maintenant, la mise en lumière d’un objet social de l’entreprise, né de la loi PACTE. Et de l’entreprise à mission.

Mais comment concilier la performance économique, la performance sociale, et les conséquences de cette activité sur l’environnement ? 3 piliers sur lesquels reposent la RSE, la Responsabilité Sociale et Environnementale. Pour que votre marque employeur ait tout à gagner.

 

Comment transformer une contrainte en outils dédiés à la performance ?

Toutes les nouvelles réglementations apportent leurs lots de contraintes et la RSE ne fait pas exception à la règle.

Pourtant le développement durable se révèle un formidable tremplin vers l’innovation et la création de richesses. Même si, au début de votre démarche RSE, les points à aborder peuvent sembler complexes : outils pour l’évaluation des impacts environnementaux, profusion de labels, une quarantaine environ, de nouvelles normes à respecter.

Cependant, une nouvelle approche de la responsabilité de votre entreprise permet de poser un regard neuf. Un regard qui vous permettra de vous remettre en question et de vous projeter dans une démarche à long terme. Une démarche également en termes de marque employeur et de culture employeur. Former vos collaborateurs et les faire monter en compétences, intégrer les parties prenantes internes (Directeurs, managers, collaborateurs), associer vos publics externes comme les prestataires, les associations…

Avec la RSE, un dialogue nouveau s’installe, c’est avec eux qu’il faut bâtir votre stratégie de RSE et concevoir vos outils de communication. Tenir compte des préoccupations de chacun en vous engageant sur vos nouvelles responsabilités de façon profonde et durable tout en étant cohérent avec votre stratégie globale, la RSE devient un nouvel enjeu sociétal qui permet aux entreprises d’apporter leur contribution aux enjeux du développement durable.

 

La communication et la dimension sociale

La RSE, procède d’une prise conscience collective, qu’il s’agisse des dirigeants d’entreprises, de leurs collaborateurs et des « citoyens consommateurs ». C’est aussi un levier pour la marque employeur, la capacité de séduire, recruter et fidéliser les collaborateurs. Les média sociaux ont transformé notre société en donnant la parole au plus grand nombre. Vos publics ont maintenant les moyens d’exprimer leur opinion, voir leur déception. Ils peuvent même faire pression sur les entreprises notamment via les pétitions en ligne.

D’ailleurs, ils développent de nouvelles formes de consommation comme la vente directe au consommateur, l’échange, le partage, le prêt ou encore la vente d’occasion. Autant de valeurs prônées par les Millennials et qui se verront ultra développées bientôt par les postmillennials (les Snappies).

Vos équipes de communication doivent donc intégrer ces nouvelles données et la formation à ces évolutions est incontournable. L’implication de vos collaborateurs, dans le cadre d’un accompagnement adapté, en feront de véritables ambassadeurs de votre entreprise et de votre stratégie en matière de RSE. Bien formées, vos équipes sont ainsi en mesure d’échanger et même d’influencer les leaders d’opinion et prescripteurs via les réseaux sociaux. Elles sont alors des vecteurs de votre performance sociale.

N’hésitez pas alors à communiquer sur vos engagements et sur leur l’impact, à évoquer les obstacles rencontrés et les marges de progrès réalisées preuves à l’appui et concrètes comme l’obtention de labels. Vos publics sont à l’écoute, sensibilisés chaque jour davantage sur la question du développement durable. Pédagogie, communication innovante et mobilisatrice, la RSE fait désormais partie intégrante, voir primordiale de l’image de votre entreprise.

Votre stratégie RSE doit s’appuyer, notamment, sur cette nouvelle prise de conscience collective. L’élaboration d’un guide managérial sera ainsi préférable à une charte qui aura peu de chances d’être respectée. Une action de responsabilisation en interne aura plus de poids et d’impact sur les comportements qu’une campagne généraliste. Chacun, devant vos engagements et vos résultats placeront chaque citoyen et chaque collaborateur devant sa part de responsabilité.

Une communication durable et responsable, c’est aussi cela la RSE.

 

Attention aux pièges

Les deux erreurs à éviter en matière de RSE :

  • Soutenir une cause ne rend pas votre action responsable. Ce n’est pas en vous réfugiant derrière la nature de votre mission que vous pourrez vous prétendre responsable pour autant. C’est votre propre pratique au quotidien qui vous permettra d’évoluer dans ce domaine.
  • Différencier « digitalisation »  et « responsabilité ». Ce n’est pas parce que votre action de communication est dématérialisée qu’elle aura un impact social et environnemental.

Partant de ces principes, votre stratégie pourra alors appuyer vos objectifs, d’autant plus efficacement que votre politique de marque employeur et votre culture employeur seront élaborées.