GPEC comme Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. La Réforme de la Formation Professionnelle à venir met l’acronyme au coeur de l’actualité. On vous en dit plus.

GPEC… Aux grands mots les grands remèdes.

Les mots font pourtant autant rêver que trembler le monde du travail : Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. C’est à dire remettre le salarié au centre du débat, lui donner de nouvelles opportunités, de nouveaux outils lui permettant de renforcer son employabilité, ses compétences et sa mobilité. Apporter aussi une touche encore plus sociale au monde du travail.

La nouvelle Réforme porte en elle ce projet ambitieux

Elle veut rendre des salariés acteurs de leur formation… Ce n’est pas utopique. Enfin, c’est l’espoir généré avec la nouvelle réforme prévue pour 2014.

Comme souvent, tout est questions de communication. Ça tombe bien, Dajm est au coeur du sujet.

Qui dit GPEC dit aussi formation, mais aussi marque employeur, notre spécialité. L’esprit de la réforme qui se profile à l’horizon est porteur en effet de nombreux espoirs en termes de marque employeur.

La marque employeur profite de la réforme

En effet, tout ce qui rassemble, formation, montée en compétences, employabilité est foncièrement bénéfique à la marque employeur d’une entreprise. C’est sur ce créneau qu’elle peut mettre en valeur sa communication de marque, sa capacité à accompagner et fidéliser les collaborateurs en interne, et à en séduire de nouveau. Avec la GPEC, nous sommes bien au coeur de la capacité à séduire, attirer et fidéliser.

Notre connaissance du milieu RH peut nous permettre donc de réaliser des outils d’information opérationnels. L’objectif est donc de vous accompagner dans cette démarche.

Aujourd’hui, avec la professionnalisation tout au long de la vie, le salarié devient co-acteur de son parcours professionnel individualisé.

Grâce au large éventail de dispositifs, il peut prendre en main son avenir professionnel. C’est aussi l’occasion d’établir un véritable dialogue entre collaborateurs.

Tout le monde doit y gagner

Dans la réalité, la communication est là pour faire passer des messages positifs.

En attendant l’entrée en vigueur de la loi et des décrets d’application, la terre ne s’arrête pas de tourner. Et la GPEC non plus. Raison de plus pour oeuvrer dans le bon sens. Chez Dajm on s’occupe de tout : Affiches, guides, kakémonos, les cerveaux restent en ébullition.

 

Focus sur la GPEC

La GPEC représente la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. Elle a pour objectif d’aider l’entreprise à anticiper l’avenir, notamment avec les évolutions socio-économiques, technologiques ou organisationnelles auxquels elle est naturellement confrontée. Dans cet objectif, il est donc important pour l’entreprise d’adapter les compétences des salariés pour les aider (responsabilité sociale) et les outiller afin de faire face à ces évolutions.

La loi impose aux entreprises occupant 300 salariés ou plus, d’engager des négociations sur ce thème crucial au moins tous les trois ans. Les entreprises de moins de 300 salariés ont la possibilité de bénéficier d’un dispositif d’appui-conseil et d’une aide financière de l’État pour élaborer un plan de GPEC. C’est à travers l’OPCA que cette possibilité peut se faire jour.

Pour l’entreprise, la GPEC est aussi l’occasion de mettre en application un plan de formation dont tous les salariés profiteront. En gardant bien à l’esprit le rôle de ce dispositif : l’employabilité et la gestion des emplois, la formation et la promotion des parcours professionnels des salariés. Mais aussi la mixité des métiers dans une démarche d’égalité sociale.