Welcome pack et onboarding au coeur de la marque employeur

Welcome pack et onboarding au coeur de la marque employeur

Recruter, c’est bien, mais intégrer, c’est mieux. Finis les livrets ennuyeux et les tours de bureaux soporifiques. Place aux Welcome Packs branchés qui transforment l’arrivée en festival. Imaginez : tapis de souris personnalisés, écouteurs haut de gamme, et goodies stylés, tout y est pour éviter le départ précipité des premiers jours. Un bon Welcome Pack donne envie de rester, surtout quand 22 % des départs se jouent dans les 45 premiers jours. Le Welcome Pack devient le nouveau Graal des RH, lançant l’aventure et fidélisant les recrues. Et pourquoi ne pas y ajouter un abonnement à la salle de sport ou un pass ciné pour marquer le coup ? Voilà de quoi prouver à vos nouveaux collaborateurs qu’ils comptent vraiment.

Comment l’art de la pause influence la productivité et la créativité

Comment-art-de-la-pause-influence-la-productivité-et-la-créativité - QVT ; Bien-être au travail ; productivité ; marque employeur

Les pauses sont les oasis dans le désert du travail. On évite le burnout, on recharge les batteries mentales. La méditation transforme le stress en tranquillité. Les promenades dans la nature stimulent la créativité comme un orage d’idées. Les hobbies créatifs, tels que le dessin ou la musique, rendent l’esprit aussi flexible qu’un gymnaste. Les pauses ne gaspillent pas le temps, elles boostent productivité et innovation. Intégrer l’art de la pause dans la culture d’entreprise propulse l’efficacité et le bien-être. Une entreprise sans pauses efficaces, c’est un peu comme une pizza sans garniture.

La mobilité professionnelle à l’ère numérique avec un tiers des salariés français prêts à devenir nomades

La mobilité professionnelle à l’ère numérique avec un tiers des salariés français prêts à devenir nomades

Mobilité professionnelle, demain tous nomades. De plus en plus de salariés français souhaitent travailler depuis n’importe quel coin du monde, avec 33% prêts à devenir nomades. La mobilité internationale séduit davantage les jeunes de 18 à 24 ans, tandis que les plus de 55 ans préfèrent rester sédentaires. Les hommes montrent plus d’enthousiasme pour ce mode de vie que les femmes. La flexibilité des politiques de télétravail devient un atout majeur, permettant déjà à 31% des employés de travailler librement à travers la France et 26% depuis l’étranger. Toutefois, des obstacles persistent, comme le manque d’informations sur les politiques de télétravail et l’insuffisance de matériel. Cette étude révèle une tendance croissante vers une normalisation du télétravail à l’international, particulièrement dans les secteurs de la finance, de l’IT et des télécommunications. Le futur du travail semble résolument tourné vers une plus grande liberté géographique et une flexibilité accrue.

Le bureau du futur ou la révolution des espaces de travail grâce aux technologies émergentes

carol at the end of the world

Les bureaux du futur ressemblent à une fusion entre « Star Trek » et un magasin Ikea. La réalité augmentée permet des réunions où vous manipulez des graphiques en 3D sans quitter votre chaise. Les interfaces cerveau-machine transforment vos pensées en commandes informatiques, rendant les claviers aussi obsolètes que les fax. Les meubles modulables changent de forme plus souvent qu’un transformiste à la télé. Tout cela promet de booster la productivité et la créativité, mais attention aux hackers et aux bugs. Finalement, la technologie ne remplacera jamais la nécessité d’une culture d’entreprise flexible et humaine.

Le quiet quitting, un silence qui fait grand bruit

Le quiet quitting un silence qui fait grand bruit

Le « Quiet Quitting », ou démission silencieuse, est une tendance qui fait de plus en plus parler d’elle dans le monde du travail. Mais qu’est-ce que cela signifie exactement ?

Cela se résume à une attitude qui consiste à faire le strict minimum pour conserver son emploi, sans chercher à s’investir davantage ou à se développer professionnellement. Autrement dit, c’est un peu comme si l’on avait décidé de travailler avec des œillères, en ne se concentrant que sur ce qui est strictement demandé dans le contrat de travail.