Lorsque l’on parle de formation, il est préférable d’avoir un bon guide. On évite de se perdre dans les méandres des règlementations, des certifications, et des procédures. Ça tombe bien, des guides on en fait chez Dajm. Et des bons.

Quels dispositifs de formation privilégier ? Comment faire pour les articuler ? Les mettre en œuvre ou les formaliser ? Et comment en parler ? Voire même les financer ? Quelles sont leur réglementation ? N’en jetez plus.

Ce sont autant de questions que peut se poser un responsable de formation… Mais sans forcément avoir de bonnes réponses.

La formation, pierre angulaire de la marque employeur

Alors pour construire son plan de formation ou encore pour promouvoir l’accès à la formation via les diverses mesures de formation, il existe des réponses. Des guides pratiques pour faciliter leur mise en œuvre :

  • Professionnalisation, mode d’emploi (contrat et période de professionnalisation)
  • DIF, mode d’emploi
  • Entretiens en entreprise
  • Validation des acquis de l’expérience (VAE)

Ces guides ont leur importance en termes de formation, évidemment. Mais également en matière de marque employeur. Compter sur un guide c’est en effet former les collaborateurs et oeuvrer pour leur évolution professionnelle. De quoi insuffler à l’entreprise un potentiel de fidélisation des salariés. Mais aussi de séduction de futurs collaborateurs. Un plus pour la marque employeur.

Des solutions formation

Ces guides (Opcalia), comme ces kits (Afdas), on vous les réalise chez DAJM. Et ils sont efficaces. Il visent notamment à vous apporter les meilleures solutions de formation. Ce sont aussi des outils de communication interne comme externe.

Dans chacun d’eux, DAJM aborde tous les aspects de ces dispositifs : mise en place de la formation, parcours individuel, qualification visée, démarche administrative, réglementation, financement, modalités d’organisation pour les entretiens en entreprise ou la VAE… Il est également possible d’ajouter des éléments complémentaires, par exemple un focus sur le tutorat dans le cadre de la professionnalisation.

Comme pour les formations professionnelles, il y a aussi du sur-mesure.

Parce que sans adaptation, il n’y a pas de bonnes réponses.

 

Focus sur l’Afdas

Les salariés travaillant dans la publicité la connaissent très bien. De même que tous les intermittents du spectacle. Mais saviez-vous que l’Afdas était également l’OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé) et l’OCTA (Organisme Collecteur de la Taxe d’Apprentissage) du secteur du cinéma, de l’audiovisuel, de la presse, des agences de presse, de l’édition et des loisirs.

Autant de secteurs variés pour lesquels l’Afdas assure le financement des actions de formation, à destination des intermittents du spectacle des salariés et des demandeurs d’emploi.

Tout comme la collecte des contributions de entreprises, pour laquelle l’Afdas oeuvre également.

Pour la petite histoire, l’aidas est l’Assurance Formation des Activités du Spectacle. Cette association a été créée le 12 septembre 1972.

A l’origine centrée autour du spectacle, elle s’est au fil du temps élargi à d’autres activités et secteurs. En 1987 avec le cinéma, l’audiovisuel et la publicité. Puis le secteur des loisirs en 1990. En 2011 avec la presse écrite, les agences de presse et le secteur de l’édition.

Elle rassemble aujourd’hui plus de 43 000 entreprises adhérentes et comptabilise 335 000 salariés, en dehors des intermittents, des artistes-auteurs et des pigistes.