La galette des Rois est le fameux marronnier du début d’année. Attendue ou bien subie, elle peut être vue comme une occasion d’améliorer le bien-être au travail. Mais mettre sa casquette de « Chief Happiness Officer » (CHO) ne s’improvise pas.

  • J’y vais parce que je suis obligé : 13%
  • C’est pas toujours génial mais c’est important pour l’équipe : 43%
  • J’adore, je suis sûr de passer un bon moment : 44%

(Source :  rapport 2015 de TNS Sofres, Observatoire de la vie des français au bureau)

 

L’invitation

Cela commence souvent par un message reçu dans la boite mail.

« A l’occasion de la nouvelle année, toute l’équipe vous attend pour déguster la traditionnelle Galette des Rois dans une ambiance chaleureuse autour d’un verre.

Rendez-vous le vendredi 12 janvier entre 11h et 15h. »

 

5 couacs à éviter

Une fois les équipes réunies, la liste des couacs peut être dressée. Même si l’esprit de cohésion est là, il peut y avoir des maladresses.

1/ Un discours mortel et ennuyeux de la direction

La tentation est grande en effet lorsque les équipes sont rassemblées. Surtout sur la lancée de « l’invitation officielle ». A trop vouloir faire passer des messages, il y a de quoi parfois créer le malaise. Voire le résultat inverse de ce que l’on souhaite. Ce n’est pas le lieu pour parler des KPI en baisse.

 

2/ Des blagues de mauvais goût et des réflexions sexistes

Elles sont récurrentes et apparaissent souvent lors de la répartition des parts.

« Il y a quelqu’un pour tirer la reine ? »,

« Cynthia, tu es la plus jeune, tu vas passer sous la table ».

Mieux vaut anticiper et calmer d’entrée le « référent blagues douteuses » de l’équipe. Tout le monde le connaît.

 

3/ De l’abus d’alcool et de la frangipane indigeste

Entouré de collègues que l’on côtoie 8 heures par jour, il peut être parfois facile d’oublier que l’on se trouve sur le lieu de travail. Va pour les tâches de gras sur la cravate, ça peut passer. Mais question degrés d’alcoolémie autant savoir se contrôler. Il est aussi question de personnal branding…

 

4/ Des accidents du travail

Il n’est pas rare d’assister à un événement imprévu, comme lorsque Roger se propose de faire déguster les huitres spécialement rapportées de Bretagne. Et finit aux urgences. Attention également aux troubles musculo squelettiques (TMS) si vous tenez vraiment à voir Véronique, 30 ans de maison, se glisser sous la table pour le partage. Elle risque de ne pas s’en relever.

 

5/ Balance ton prédateur galette

Attention. Le découpage de la galette déclenche souvent le réveil du « prédateur d’entreprise ». C’est lui, le premier à se saisir du couteau. Et il a un œil d’aigle. Il est capable de repérer une fève sous plusieurs couches de frangipane. Se réservant la part du vainqueur, il peut alors crier victoire.

« Je vais choisir ma reine ! »

Pour éviter ses accolades baveuses et ses mains baladeuses, coupez-lui l’herbe sous le pied et donnez le couteau à Leila.

 

Avec ce top 5 en mémoire, vous voilà fin prêt pour une dégustation réussie.